Addiction Jura

26 juin 2017

Soutenez. Ne punissez pas.

L’objectif de la Journée d’action mondiale est d’organiser des actions locales percutantes et visuellement symboliques autour des enjeux liés à la réforme des politiques des drogues.

Pour en savoir plus…

Niveaux d'usage

Abstinence :
Quels que soient les motifs, on décide de ne pas essayer un produit

Expérimentation :
On essaye un produit par curiosité, à la recherche de nouvelles expériences, de plaisir, pour s’adapter à la norme d’un groupe ou sous la pression d’un groupe de pairs. Exemple : «Beaucoup de mes amis me disent qu’après avoir fumé un joint on se sent mieux et que d’essayer juste une fois ne nuirait pas à ma santé».

Usage récréatif ou occasionnel :
On consomme par recherche de plaisir, de convivialité, de sensation d’ivresse. «Je fume des joints de temps en temps». «Je bois mon verre de vin en mangeant et de temps à autre une bière».

Usage intensif ou abusif :
Les motifs souvent évoqués pour ce type d’usage sont l’ennui, l’oubli, la fuite de la réalité. Ils peuvent être caractérisés de problématiques. «Quand je sors le soir, j’ai besoin de trois à quatre bières pour me déstresser». «Tous les week-ends, je me pète aux joints pour oublier mes soucis». On peut ajouter à ce type d’usage l’envie de se mettre à l’aise en société, de se désinhiber.

Dépendance :  
Il s’agit de la difficulté à fonctionner normalement / physiologiquement sans la consommation d'un produit (ou sans un comportement particulier). Cette consommation ou ce comportement engendrent une tolérance qui est un fonctionnement adapté du corps au produit (une augmentation progressive de la substance est nécessaire pour avoir le même effet). L'arrêt de cette consommation provoque un syndrome de sevrage, (on parle de manque), soit une manifestation physique ou psychique du corps qui n'est plus adapté à fonctionner correctement sans produit. « Je ne peux plus me passer de cannabis. » « Si je ne bois pas d’alcool, je commence à trembler. »

Addiction :
Définition plus large que celle de la dépendance,elle décrit une conduite dans laquelle la personne a une envie répétée et irrepressible d'effectuer un comportement pour se sentir bien ou mieux. Ce comportement peut-être une consommation de substance légale ou illégale, mais aussi le jeu, internet, le sport, le travail, le sexe... L'individu répète ce comportement en dépit de sa motivation et des efforts qu'il fait pour s'en débarrasser, souvent conscient des problèmes physiques, psychiques, famillaux, relationnels, soicaux qu'il provoque. « Quand j'arrête de travailler je sens une vague d'angoisse au fond de moi que je calme en buvant l'apéro».

C'est ainsi qu'Addiction Suisse définit les différents « stades » de la consommation ou les différentes relations que l’on peut entretenir avec un produit - source : site beju-addiction